Le guide pas à pas pour réaliser un album de mariage

Pourquoi faire un album ? Ceux qui me connaissent le savent : je recommande de faire faire l’album photo de mariage par un photographe professionnel (voir comment choisir un photographe de mariage professionnel), pour plusieurs raisons : 

  • Il a l’habitude, donc il sait faire les bons choix en matière de mise en page.
  • Il travaille avec un fournisseur professionnel, donc les albums sont potentiellement de bonne qualité. C’est important pour la durabilité de l’album.
  • Et surtout, il a pris ses photos pendant le mariage en ayant la réalisation de l’album en tête. Dit autrement, la réalisation de l’album commence dès le shooting.

Néanmoins, tous les mariés n’ont pas le budget nécessaire pour payer un album professionnel. C’est à ces mariés que je m’adresse. Je sais je sais, je me tire une balle dans le pied en écrivant cet article, ma générosité me perdra…

Combien coûte un album photo de mariage ?

Vous n’allez pas aimer ma réponse qui est : ça dépend.

Ça dépend du laboratoire qui va fabriquer l’album, de la taille, de la qualité du papier, de la couverture, des options, etc.

Pour répondre à la question, je vais prendre l’exemple d’un album au format A4 (grosso modo), ayant une douzaine de feuilles, avec des pages épaisses, ouverture à plat, sans coffret : entre 50 et 70 euros

Astuce : Certains laboratoires proposent une remise en cas de première commande. Ouvrez l’œil 😉

Réaliser un album photo de mariage, pas à pas.

Fixer le nombre de pages.

Première étape qui va conditionner tout le reste, le choix du nombre de pages.

Cette étape vous épargnera une perte de temps dans les étapes d’après. En effet, si vous ne définissez pas de limite de pages, il y a de grandes chances que vous choisissiez trop de photos. Arrivés à l’étape ultime – le paiement – vous serez obligés de faire marche arrière et de presque tout recommencer pour revoir la note à la baisse.

Donc, fixez un nombre de pages dès le départ. Prévoyez large en considérant que vous allez mettre une photo par page.

Choisir les photos.

Ça a l’air tout bête comme étape, mais le choix des photos est moins facile qu’on ne l’imagine. Ce n’est qu’une fois qu’on a commencé le tri qu’on se rend compte de la difficulté de la tâche. La tentation est grande de vouloir tout mettre. Alors voici quelques conseils :

  • Regroupez les photos dans des dossiers spécifiques par thème ou par moment de la journée, par exemple : préparatifs, cérémonie civile, cérémonie religieuse ou laïque, photos de couple, photos de groupe, vin d’honneur ou cocktail, activités, soirée, etc.
  • Enlevez les photos qui se ressemblent trop.
  • Ajoutez les photos du même moment mais avec des différences : 
    • de plan : plan large / plan rapproché / plan serré
    • de cadrage : portrait / paysage.
    • de couleur : couleur / noir et blanc
  • Choisissez uniquement les photos qui vous plaisent et que vous aimez sincèrement, et non celles que vous pensez devoir choisir. En effet, l’album est pour vous. N’ayez pas peur de louper certaines photos si elles ne vous plaisent pas vraiment. De toutes les façons vous avez les fichiers numériques donc elles ne sont pas perdues.
  • Attention à vérifier la taille et la qualité de l’image. C’est important ! Avec un peu de chance, votre photographe et votre entourage vous transmettront les images bien dimensionnées avec les bons paramètres. Mais vous devez vous en assurer ! Demander à votre photographe des photos en définition maximale, avec une résolution de 300dpi, il comprendra. Dans tous les cas, la plupart des plateformes alertent lorsqu’une photo ne convient pas.
  • Faites plusieurs passages sur l’ensemble des photos pour affiner le tri.

Astuce : Ceux qui sont à l’aise avec leur ordinateur peuvent utiliser un logiciel de bibliothèque photos du type XnView sur Windows ou Photos sur Mac. Ce type de logiciel permet d’associer aux photos des notes ou des couleurs, ce qui permet de faciliter le tri et d’aller plus vite.

Choisir le prestataire

Plusieurs prestataires existent sur le marché. Ça tombe bien, j’ai fait un article détaillé à ce sujet :

  • Saal Digital propose un très large choix d’albums, autant au niveau des formats que des couvertures. Idéal pour ceux qui veulent prendre le temps de faire un album “sur mesure”.  
  • Matisseo confectionne des albums de bonne facture, mais propose moins de choix. Je conseille ce prestataire à ceux qui veulent faire simple, rapide et bien. 
  • Je place Cewe dans le même panier que Matisseo, à cette différence près que les albums sont légèrement moins chers.

Chaque prestataire a ses spécificités. Les produits proposés diffèrent un peu. Les options ne sont pas les mêmes.

Nous allons voir dans les chapitres suivants comment s’y retrouver dans cette “jungle”.

Envoyer les photos choisies

Les laboratoires proposent souvent leurs propres logiciels de réalisation d’album.

C’est par ce type de logiciel que vous allez passer pour envoyer les photos et commencer le vrai travail.

Faire la mise en page.

Avant de démarrer la mise en page, il faut choisir le format et la taille de l’album. Personnellement je préfère le format paysage, pour une taille de 30cm par 25cm (grosso modo la taille d’une feuille A4).

Mais là aussi c’est en fonction de vos envies, de votre budget et de l’endroit où vous prévoyez de le ranger.

C’est bon ? Vous avez choisi le format et la taille. Maintenant, voici les 11 commandements de la mise en page.

  • “Simplicité” est le mantra. Prenez une respiration. Répétez après moi : “Sim-pli-ci-tééééééééé”. Expireeeeez.
  • Il vous faut raconter une histoire à travers les images. La façon basique est de disposer vos images de manière chronologique, en laissant de la place à votre propre inspiration.
  • Utilisez les modèles de mise en page proposés par le prestataire. N’en prenez pas trop. Répétez après moi : “Sim-pli-ci-tééééééééé”.
  • Ne mettez pas trop de photos sur une même page. À partir de 4, posez-vous des questions.
  • N’hésitez pas à mettre une grande image à côté d’une moyenne, pour jouer sur l’effet de contraste. Ou bien mettre sur une même page une grande image et 3-4 petites.
  • N’hésitez pas à mettre une seule image sur 2 pages. Effet wow garanti si vous avez choisi un album avec ouverture à plat (voir chapitre suivant).
  • Essayer si possible de regrouper les photos par dominantes de couleur. Qui se ressemble s’assemble. 
  • Quid du texte à côté des images ? Personnellement je n’aime pas ça. Mais je ne vous dis pas de ne pas le faire hein !
  • Attention aux débordements ! Ne coupez pas la tête de votre partenaire (pas encore).
  • Soyez attentif aux sensations que vous éprouvez quand vous arrangez les photos. En effet, vous remarquerez que vous n’aurez pas le même feeling selon la place, la taille et l’arrangement des photos. Ton guide le sentiment sera, et la force tu maîtriseras.
  • Une fois que vous avez fini. Laisser mijoter quelques heures et revenez pour valider le travail.

Quel type de papier ?

Privilégiez du papier épais, avec ouverture à plat, du type de ceux qu’on trouve dans les livres pour enfants. C’est plus agréable à manipuler et les photos ne sont pas courbées lorsque vous tournez les pages. Techniquement, ce genre de papier fait entre 400 et 800 g/m². La plupart des prestataires communiquent cette donnée et les laboratoires que j’ai listés plus haut répondent à ce critère.

Un autre critère essentiel est le rendu du papier. Mat, brillant, satiné, lustré, métallique, perlé, premium ? Chaque fabricant a ses appellations et généralement il explique la spécificité de chacun de ses rendus sur son site. Néanmoins certaines appellations sont plus utilisées que d’autres et je vais les expliquer ici en 3 mots : 

  • Mat : sans reflets, moins sensible aux traces de doigts, utile lorsque le produit passe de mains en mains souvent.
  • Brillant : couleurs vives et profondes, avec reflets, plus sensible aux saletés et aux traces.
  • Satiné : un peu entre le mat et le brillant avec peu de reflets.

Personnellement je choisis souvent le brillant. En effet, le rendu est nickel et l’album n’est pas fait pour être ouvert tous les jours. Par ailleurs, on attrape souvent les pages par les bords, ce qui protège un peu l’intérieur même si la finition n’est pas matte.

Quelle couverture ?

Le choix de la couverture dépend de vos goûts et de l’offre des laboratoires. Par exemple, le cuir ou le tissu ne sont pas proposés par tous les prestataires.

En revanche, je vais un peu vous aiguiller :

  • Premièrement, choisissez ce que vous voulez voir en couverture. Est-ce que vous voulez mettre une photo ? Ou peut-être garder la couverture vide ? Ou bien préférez-vous mettre vos prénoms ? Me concernant, je préfère le dernier choix.
  • Une fois que vous avez répondu à la première question, vient le choix de la matière. Le cuir est la matière noble par excellence, mais a un coût. Le simili cuir offre les avantages du cuir, à un prix abordable.

Le tissu et le bois sont à la mode. Quand c’est bien fait ça peut être très design et original. Et puis la sensation au toucher diffère du cuir ou du carton.

Enfin, ceux qui ne veulent pas se prendre la tête choisiront la couverture rigide.

  • Pour le choix de la couleur, je vous laisse maître de vos décisions.
  • D’autres options sont disponibles pour la couverture, comme la finition, le rendu du papier, l’insertion d’une page de garde, etc… Il y a à boire et à manger. Ici on entre vraiment dans du spécifique et dans la sur-personnalisation. À vous de voir.

Le coffret, la cerise sur le gâteau

Si le prestataire que vous avez choisi le propose et si vous en avez les moyens, prenez un coffret. Déjà ça fait classe et en plus ça protège votre précieux album fait avec beaucoup d’amour.

À l’heure où j’écris ces lignes, il me semble que dans la liste que j’ai donnée plus haut, seul Saal Digital propose des coffrets.

Entre le réel et le virtuel

Ce qui est difficile dans la confection d’un album, c’est qu’on ne l’a pas entre les mains. C’est un peu virtuel, jusqu’au jour où on le reçoit. C’est un peu dommage car un album c’est plus que des photos, c’est une expérience où la plupart des sens sont sollicités : la vue, le toucher, l’odorat… Le feeling quoi !

Pour vous donner une idée de ce que ça peut être et pour vous aider à choisir, voici quelques conseils :

  • Demandez aux personnes autour de vous qui ont déjà un album. Posez-leur des questions. Si possible, demandez à voir l’album.
  • Les différents prestataires ont des stands lors de salons dédiés. 

Par exemple, au salon de la photo, on peut voir de nombreux exposants qui proposent des albums. C’est l’occasion de voir, toucher, sentir. Vous pouvez même partir avec des échantillons des différents papiers utilisés. 

De même, au salon du mariage on peut rencontrer des photographes qui exposent des albums, ce qui peut être une bonne source d’inspiration.

Des albums pour les parents et les personnes spéciales ?

Et pourquoi pas ? C’est une super idée de cadeau.

Aux parents, vous pourriez offrir le même album que le vôtre, mais en plus petit par exemple.

Et pour les personnes un peu spéciales, un petit album de quelques pages.

Astuce : Commandez tous les albums en même temps, chez le même prestataire pour gagner du temps et de l’argent.

Et après ?

Qu’est ce que je fais de mon album une fois reçu ? Bah déjà on le regarde 🙂

Sinon je vous conseille de le ranger dans un endroit visible et accessible pour le feuilleter de temps en temps, en famille ou avec vos proches.

S’il n’est pas dans un coffret, essayez de le protéger autant que faire se peut.

Et puis, vous trouverez peut-être d’autres usages. Par exemple, après une dispute, il peut servir de “médiateur” pour négocier la paix. Attention, il peut aussi servir de missile lorsqu’il est manipulé avec adresse…

1 réflexion sur “Le guide pas à pas pour réaliser un album de mariage”

  1. Ping : Choisir un bon photographe de mariage [Guide pratique]

Les commentaires sont fermés.